Vous hésitez à signer ?

Votre signature compte ! Elle contribuera à donner plus de légitimité à ce projet en montrant qu’il est soutenu par de nombreuses personnes, de tous horizons. Cela jouera un rôle important pour les prochaines étapes, lorsque nous aurons à défendre ce projet auprès d’interlocuteurs stratégiques (Présidents d’Universités, Directeurs de Grandes écoles, candidats à l’élection présidentielle, médias).

1. Le caractère obligatoire de cet engagement civique vous semble excessif ?

Réponse  : Certes, à première vue, le propos peut sembler radical. Néanmoins, un argument simple peut être avancé : si l’engagement civique reste facultatif, il est condamné à ne concerner qu’une partie des étudiants, a priori ceux qui sont déjà sensibles à la nécessité de l’engagement et de l’ouverture à l’autre, et qui sont de fait déjà engagés dans des associations et causes diverses. Autrement dit, un module facultatif, reposant seulement sur le volontariat, n’apporterait rien d’autre que ce qui existe déjà. Nous encourageons bien sûr l’engagement volontaire tel qu’il est proposé par l’Agence pour le service civique, mais celui-ci nous semble devoir être complété par un module au sein de la formation des étudiants.

2. Ce projet vous semble marqué politiquement ?

Réponse  : Nous partons du principe que l’on peut être de gauche comme de droite et penser dans les deux cas que certains membres de nos « élites » auraient besoin d’avoir davantage conscience du monde qui les entoure, ainsi que le sens des responsabilités qui leur incombent.

3. Le terme « élites » vous semble inadéquat ?

Réponse  : Si le terme peut de fait prêter à discussion, par sa connotation comme par son contenu, il a le mérite d’interpeller directement le lecteur sur des problématiques bien connues dans le débat public mais finalement peu traitées dans la pratique.

Le but du projet reste de former des « responsables… responsables ».

Nous nous réjouissons de vos contributions, remarques et suggestions.